Journal d’un vampire 9

Journal d’un vampire – Tome 9 – Le Cauchemar

SMITH, L. J. (2013). Journal d’un vampire – Tome 9 – Le Cauchemar (The Vampire Diaries : The Salvation : Unseen). Hachette, Paris, 328 pages.

Il y a quelques années, Elena a révélé son pouvoir de Sentinelle pour vaincre les Vampires des Origines. Il y a quelques années, elle a bu l’eau de la Jeunesse et de la Vie Eternelles afin de passer l’éternité avec Stefan. Elena croyait enfin possible de vivre une vie normale avec ses amis à l’université de Dalcrest. Mais aujourd’hui les dangers ressurgissent, le passé la rattrape. Elle frôle la mort dans un accident de voiture, provoqué par Solomon. Puissant Vampire des Origines doté du pouvoir d’invisibilité, Solomon s’est lancé à ses trousses pour la détruire une fois pour toutes… Damon, quant à lui, continue de sillonner l’Europe au bras de Katherine. Mais leur escapade va tourner court : un groupe de vampires d’une nouvelle sorte s’apprête à les attaquer…

Mais comment vont-ils s’en sortir?

Journal d’un vampire 8

Journal d’un vampire – Tome 8 – Cruelle Destinée

SMITH, L. J. (2012). Journal d’un vampire – Tome 8 – Cruelle Destinée (The Vampire Diaries : The Hunters : Destiny Rising). Hachette, Paris, 426 pages.

Elena a déjà affronté son lot de défis. Mais celui qui se présente à elle cette fois semble le plus insurmontable de tous. Parviendra-t-elle à accepter sa nature de Sentinelle ? Surtout, saura-t-elle éveiller ses pouvoirs à temps ? Car Klaus a été ressuscité par la Vitale Society. Et le terrible Vampire des Origines ne reculera devant rien ni personne pour atteindre son but : détruire Elena et tuer chacun de ses proches. Damon, rejeté par Elena, sombre dans la violence et renoue avec son passé de prédateur sanguinaire. Repéré par les Sentinelles, il devient la première mission d’Elena.

Il y a des longueurs, mais le tout est assez cohérent.

Métis Beach

Métis Beach

BOURBONNAIS, Claudine (2014). Métis Beach. Boréal, 456 pages.

« Croyez-vous en Dieu, monsieur Carr ? »
Cette question, on me la poserait souvent désormais, et toujours avec un air entendu. Comme si, déjà, on cherchait à débusquer en moi l’imposteur. Après tout : ne pas croire en Dieu dans ce pays n’est-il pas antiaméricain ?

À cinquante ans, le scénariste Roman Carr est au sommet de sa gloire. Sa série télévisée In Gad We Trust, satire cinglante de l’Amérique et de sa relation avec Dieu, fait un tabac. Roman Carr, né Romain Carrier, se taille une place enviable à Hollywood, aboutissement d’un long parcours tortueux pour ce Gaspésien qui a fui son village dans des circonstances troubles en 1962, à l’âge de dix-sept ans.

Très bon premier roman. Une histoire touchante, intrigante, intelligente et un questionnement pertinent. Nous balançons entre un passé enfoui au fond des mémoires et un présent au goût de secrets. Bravo!

Journal d’un vampire 7

Journal d’un vampire – Tome 7 – Le Chant de la Lune

SMITH, L. J. (2012). Journal d’un vampire – Tome 7 – Le Chant de la Lune (The Vampire Diaries : The Hunters : Moonsong). Hachette, Paris, 426 pages.

Elena et ses proches amis sont désormais étudiants à Dalcrest, cette même université où les parents de la jeune fille se sont rencontrés. La vie semble enfin leur sourire de nouveau à tous, les sentiments d’Elena sont plus clairs ; quant à Stefan et Damon, ils paraissent avoir trouvé un terrain d’entente. Mais voilà que des étudiants commencent subitement à disparaître du campus. Aussitôt Elena est persuadée que des forces maléfiques les ont suivis depuis Fell’s Church et que le cauchemar va recommencer. Alors que la panique générale s’est emparée du groupe, Elena découvre l’existence d’un secret qui la bouleverse profondément. Elle comprend qu’une nouvelle tragédie est imminente et qu’elle pourrait bien ne pas y survivre. À moins que l’un des frères vampires – mais lequel ? – parvienne à la sauver…

Malgré d’étranges ressemblances avec Twilight, ce tome-ci était différent des autres, car très dynamique. J’ai apprécié cette nouveauté.

Journal d’un vampire 6

Journal d’un vampire – Tome 6 – Dévoreur

SMITH, L. J. (2011). Journal d’un vampire – Tome 6 – Dévoreur (The Vampire Diaries : The Hunters : Phantom). Hachette, Paris, 426 pages.

Depuis sa rencontre avec les frères vampires Stefan et Damon Salvatore, Elena Gilbert a tout connu, de l’amour idyllique au périple en Enfer. Maintenant qu’avec l’aide de ses amis elle a délivré leur ville natale des esprits démoniaques qui la ravageaient, peut-elle espérer un retour à la normale ? Mieux que quiconque, Elena devrait pourtant savoir que rien à Fell’s Church ne sera jamais normal. Dans ce nouveau volume, Elena se retrouve à nouveau en grand danger. Et, cette fois, elle ne peut compter que sur un seul des frères Salvatore pour la protéger…

C’était les vacances au chalet et j’en ai profité pour lire la série au complet!

Journal d’un vampire 5

Journal d’un vampire - Tome 5 - L'Ultime Crépuscule

SMITH, L. J. (2011). Journal d’un vampire – Tome 5 – L’Ultime Crépuscule (The Vampire Diaries : The Return : Midnight). Hachette, Paris, 572 pages.

Avec l’aide de l’irrésistible mais néanmoins sournois Damon, Elena a sauvé son cher Stefan du Royaume des Ombres. Mais aucun des deux frères vampires n’en est revenu indemne. Affaibli par sa longue captivité, Stefan a besoin de plus de sang que ce qu’Elena peut lui fournir, tandis que Damon, en proie à une étrange magie, est redevenu humain. Furieux, Damon veut à tout prix retrouver sa condition de vampire, entraînant Bonnie avec lui dans les ténèbres. Elena et Stefan les suivent pour libérer leur innocente amie sorcière. Pendant ce temps, c’est la panique à Fell’;s Church… Matt et Meredith doivent sauver des esprits dangereux qui l’ont envahie leur ville natale, où un par un, les enfants succombent à des forces démoniaques. Matt et Meredith vont bientôt découvrir que la source du mal est plus sombre et plus proche que tout ce qu’ils auraient pu imaginer…

L’auteure est définitivement meilleure. L’écriture est plus fluide et les événements se déroulent de façon beaucoup plus logique. C’était intéressant et un peu différent des autres tomes. Très bien, je continue.

100 jours sans viande

100 jours sans viande

PERRAUDIN, Aline (2016). 100 jours sans viande. Gallimard ltée – Édito, Québec, 194 pages.

Avec ou sans… viande ? Depuis toujours, la viande est considérée comme l’élément principal, voire essentiel du repas et sans elle… un repas n’en est pas un. Pourtant, un courant amorcé il y a quelques années s’impose de plus en plus : réduire sa consommation de viande, sans pour autant la bannir complètement de l’alimentation. Plusieurs motifs renforcent cette tendance : l’élevage industriel intensif et son impact sur les ressources naturelles, les révélations concernant les conditions parfois cruelles d’abattage des animaux, la pollution par les pesticides et la dégradation de l’environnement, la sensibilisation pour réduire l’émission des gaz à effet de serre, les scandales sanitaires(épidémie de la vache folle, épidémie de grippe aviaire). Autant d’incitatifs cruciaux pour se joindre au mouvement : après les végétariens et les végétaliens, bienvenue aux flexitariens !Aline Perraudin s’est intéressée à ce phénomène et témoigne ici de son expérience. Elle s’est lancé le défi de cesser toute consommation de viande durant 100 jours. À travers son expérience et son cheminement, ses rencontres avec des végétariens, des nutritionnistes, des chefs, elle décrit sa «désintoxication» accompagnée de conseils nutritionnels pour un changement en douceur. Elle démontre ainsi que vivre en santé sans manger de viande est tout à fait possible, pour le bien-être individuel et celui de la planète.

Un petit livre écrit un peu comme un journal. Nous suivons le parcours de cette journaliste vers une alimentation sans viande. Elle nous raconte ses difficultés, ses moments de faiblesse, ses questionnements et nous relate les faits et d.couvertes qu’elle fait tout au long de son aventure. C’est léger et sans prétention.

Aline Perraudin